ed7af5900898eb7397f9b2ef6515b043005dd793

Le Red Star a brillamment assuré sa montée en Ligue 2 après sa victoire aux dépens d’Istres (4-0), vendredi 8 mai lors de la 32e journée de National. Un objectif est atteint, mais d’autres le remplace. Il va falloir trouver un nouveau stade d’accueil pour remplacer le mythique Bauer, à présent non conforme aux normes requises par la ligue de football professionnel.

9 MAI – Paris, St OUEN – Ce matin Slim s’est levé avec les paupières lourdes, mais avec le sourire! Et pour cause, il y avait quelque chose à célébrer.

« Eh ! On est en ligue 2, je suis de super bonne humeur, ça fait tellement plaisir ! »

Supporter depuis de longues années, Slim a quitté les bureaux du collectif Red Star, l’association des supporters du club, mais n’en reste pas moins impliqué dans l’avenir du club. Et si aujourd’hui c’est le sourire, dès demain les défis seront grands.

A propos du stade par exemple, qui n’est pas aux normes pour accueillir des match de ligue 2. Le collectif, avec ses 100 adhérents, mène une lutte sans fin avec la mairie de St Ouen pour obtenir un engagement clair de sa part en ce qui concerne les travaux du lieu. Selon une expertise du club, les coûts de réhabilitation s’élèverait à 20 millions d’euros. Pas une priorité pour la mairie, qui peine à se prononcer clairement à ce sujet.

Vincent Chutet-Mezence, président du Collectif Red star:

« Je suis hyper heureux pour la montée en ligue 2, mais c’est vraiment dommage qu’on ai pas pu anticipé par rapport au stade, ça laisse un goût amer, sachant que cela fait des années qu’on bataille pour mettre le club aux normes. » Les négociations sont assez avancées, sauf changement de dernière minute, le stade de France devrait accueillir les 10 premiers match du club.

Dans les tribunes, on entend parler d’une alternance entre Stade de France et le stade Michel Hidalgo Saint Gratien. Rien de sûr encore, mais le temps presse, avant la mi-juin, dernier délais, le club devra annoncer où seront joués les prochains match du Red Star.

« Les négociations sont assez avancées, sauf changement de dernière minute, le stade de France devrait accueillir les 10 premiers match du club. »

Gilles Saillant, c’est l’historien du club, un passionné. Il suit l’équipe depuis les années 80, et porte un autre regard sur le club que celui de ces petits enfants à qui il a transmis sa passion. Le premier objectif, c’était la remontée du club, c’est chose faite depuis hier soir, 16 années après sa dernière apparition en L2. Maintenant, l’objectif sera le maintien de leur position en ligue 2, pérenniser l’avenir. Pour la directrice générale du club, Pauline Gamerre, pas question de s’arrêter là. La seule femme à occuper ce poste à ce jour en France, donne 5 ans au club pour arriver en ligue 1. Gilles saillant évoque l’exemple de la monté de L’AC Ajaccio :

« Ils jouaient aux côtés des Red Star en nationales à l’époque et ils oscillent maintenant entre ligue 1 et ligue 2. »

Le mot d’ordre c’est le maintien. Plein d’espoir après cette victoire, il va donc falloir trouver d’urgence des solutions logistiques au club. Le problème c’est que le stade de France c’est 90 000 places, et les match de ligue 2, c’est pas plus de 8 000 supporters. Le Red star  dans une coquille vide, avec un public qui sonne creux, des gradins désertiques, ça risque de ne pas plaire à certains.

 

Manon Tarasconi

 

Red Star, le football à papa n’est pas mort. 

Logo_Red_Star_Fc_93

 

Le « Red Star », largement éclipsé par l’ultra-médiatique PSG, est l’autre club de foot parisien. Il défend une image plus traditionnelle du jeu. Club historiquement communiste, résistant et anticlérical, il est en lien avec les classes populaires et son public souvent originaire de Saint Ouen même ou des banlieues proches.

Le Red Star c’est en quelques sortes les vestiges du foot à papa comme on aimerait bien se l’imaginer : sans moyens mais avec la sueur, les tripes sur le terrain et la bière au pied de la tribune.

L’identité :

Fondé en 1897 par un groupe d’amis proches avec Jules Rimet en tête, inventeur de la coupe du monde de foot, le Red Star a l’aspect d’un club familial et populaire.

Historiquement les supporters sont des militants d’extrême gauche revendiqués. L’origine du terme Red Star renvoie à la « banlieue rouge » qui ceinturait Paris depuis les années 1920 même si la légende se réfère aussi à la gouvernante anglaise de Jules Rimet qui aurait soufflé l’idée du nom à son petit protégé.

L’esprit rouge est encore présent et les supporteurs entonnent encore des « Bauer antifa !’’ depuis la bouillonnante tribune « Première est » appellée Rino Della Negra en hommage à un ancien joueur résistant assassiné par les nazis en 1944. En 2013, un vibrant hommage a été rendu à Clément Méric montrant l’actualité de l’engagement des supporters. 

Le stade :

Les habitants de Saint Ouen possèdent le stade Jean Claude Bauer, le font vivre et y reviennent depuis des générations en famille pour boire des bières et manger des merguez. Les bancs sont en bétons et vétustes, certaines tribunes sont encore en placement debout contrairement aux normes de sécurité imposées par la Ligue de Football professionnelle. Mais comme le dit la rengaine : « Le Red Star, c’est uniquement à Bauer, c’est le gardien de notre histoire, il est gravé dans nos cœurs »

« Le Red Star, c’est uniquement à Bauer, c’est le gardien de notre histoire, il est gravé dans nos cœurs »

L’entrée ne coûte que 5€, voire 2€50 pour les tarifs réduits. Le foot pour tous, ambiance détendue et accessible. Le club du 93 veut garder cette identité et faire vivre le foot à papa loin du Parc des Princes.

Les symboles :

Patrice Haddad est président du club depuis 2008. Tenace, il veut redonner au club une plus grande visibilité. En 2015, les Red Stars repassent en ligue 2. Mais quel sera le prix de cet avancement dans les classements ? Patrice Haddad n’exclut pas la possibilité de quitter le stade Bauer au grand dam des supporters voire même de faire construire un nouveau stade. Chef d’entreprise, il tente tout de même de montrer son attachement aux valeurs populaires du club loin de l’image bling bling du PSG.

David Bellion est l’attaquant chouchou du public. Sélectionné en équipe de France espoirs, il a notamment été chez les Girondins de Bordeaux et dans l’équipe de Manchester pour un temps seulement. Il a signé en 2014 chez les Red Stars et marque son premier but depuis un an lors de son premier match en maillot vert et blanc.

Steve Marlet est l’enfant prodige du Red Star, issu du centre de formation de Saint Ouen. Il a ensuite joué dans les équipes de l’OM, l’OL et Lorient. Il n’a jamais oublié son club d’origine et est maintenant directeur sportif entraineur adjoint de l’équipe de Saint Ouen.

Pauline Gamerre, directrice générale est une exception dans ce domaine : seule femme à diriger un club que ce soit en nationale en ligue 2 ou 1. Ici encore, l’Etoile rouge se démarque en étant les premiers à accorder leur confiance à une amoureuse du foot.

 

Garance Navarro-Ugé